top of page
Rechercher

La connexion entre un intestin sain et un cerveau énergique




Une alimentation équilibrée joue un rôle crucial dans le maintien de la santé et du bien-être général. Les aliments que nous consommons fournissent les nutriments, l'énergie et les éléments nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Voici quelques raisons essentielles pour lesquelles notre alimentation est importante :

  • Une alimentation équilibrée permet à l'organisme de recevoir des nutriments essentiels tels que des vitamines, des minéraux, des protéines, des glucides et des lipides. Ces nutriments sont essentiels au bon fonctionnement de divers systèmes corporels, notamment les systèmes immunitaire, nerveux et cardiovasculaire.

  • La nourriture est la première source d'énergie pour notre corps. Les glucides, les lipides et les protéines sont des macronutriments qui fournissent l'énergie nécessaire aux activités quotidiennes, aux processus métaboliques et aux fonctions corporelles.

  • Une nutrition adéquate est essentielle pendant les périodes de croissance, telles que l'enfance, l'adolescence et la grossesse. Les nutriments tels que le calcium, le fer et les vitamines sont essentiels au développement des os, des tissus et des organes.

  • Le type et la quantité d'aliments que nous consommons influencent considérablement notre poids. Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière sont essentielles pour maintenir un poids sain et prévenir les problèmes de santé liés à l'obésité.

  • Un régime alimentaire nutritif peut contribuer à la prévention de diverses maladies. Par exemple, une alimentation riche en fruits, légumes et céréales complètes est associée à un risque plus faible de maladies chroniques telles que les maladies cardiaques, le diabète et certains cancers.

  • Le cerveau a besoin d'un apport constant en nutriments pour fonctionner parfaitement. Les acides gras oméga-3, les antioxydants et d'autres nutriments présents dans certains aliments peuvent soutenir les fonctions cognitives, la mémoire et la concentration.

  • Une alimentation riche en fibres favorise la santé digestive en prévenant la constipation et en favorisant un microbiome intestinal sain. Les aliments riches en fibres, tels que les fruits, les légumes et les céréales complètes, contribuent à une bonne digestion.

  • Une alimentation saine pour le cœur, comprenant des aliments pauvres en graisses saturées et trans, en cholestérol et en sodium, peut aider à prévenir les maladies cardiovasculaires. Des aliments comme le poisson, les noix et les céréales complètes ont un effet positif sur la santé cardiaque.

  • Certains nutriments, comme les acides gras oméga-3 et les vitamines B, jouent un rôle dans la santé mentale et peuvent influencer l'humeur. Une alimentation équilibrée peut contribuer au bien-être émotionnel.

  • Une alimentation adéquate est essentielle pour un système immunitaire robuste. Des nutriments comme la vitamine C, la vitamine D, le zinc et d'autres antioxydants contribuent à la fonction immunitaire et aident l'organisme à se défendre contre les infections.


Les aliments que nous mangeons subissent un processus de digestion complexe et interagissent avec la vaste communauté de micro-organismes résidant dans l'intestin, collectivement connue sous le nom de microbiome intestinal. Cette relation complexe a des conséquences profondes sur notre bien-être général, au-delà de la simple nutrition. Au cours de la digestion, les aliments sont décomposés et transformés en diverses substances qui jouent un rôle crucial dans notre santé mentale. L'axe intestin-cerveau, un réseau de communication à double sens entre le tractus gastro-intestinal et le cerveau, joue un rôle essentiel dans cette interaction. Certains choix alimentaires, en particulier les aliments les moins sains, ont été associés à une inflammation de l'intestin. L'inflammation de l'intestin, à son tour, a été associée à une série de problèmes de santé, y compris des conditions affectant la santé mentale. Cette interaction complexe souligne l'importance de choix alimentaires réfléchis pour la santé physique, la promotion d'un microbiome intestinal sain et le soutien du bien-être mental à long terme. Elle souligne que ce que nous mangeons peut avoir des effets profonds et durables sur notre corps, en influençant à la fois les processus physiologiques et les états mentaux.


De nouvelles recherches suggèrent l'existence d'un lien entre la santé intestinale et la santé mentale. Bien que le domaine soit encore en évolution, il existe des preuves qui suggèrent qu'un intestin déséquilibré ou enflammé peut contribuer à des symptômes de santé mentale défavorables. Les symptômes potentiels de santé mentale associés à l'inflammation de l'intestin sont les suivants:

  • La dépression : Il existe des preuves suggérant un lien entre l'inflammation intestinale et les symptômes dépressifs. L'inflammation chronique peut avoir un impact sur la fonction des neurotransmetteurs et contribuer à des changements dans la régulation de l'humeur.

  • L'anxiété : Les processus inflammatoires dans l'intestin peuvent affecter la production et la fonction de neurotransmetteurs tels que la sérotonine et le GABA, qui jouent un rôle dans la régulation de l'anxiété.

  • Les troubles cognitifs : L'inflammation chronique a été associée à un déclin cognitif et à des troubles de la mémoire et de la concentration. Cela peut être lié à l'impact de l'inflammation sur la structure et la fonction du cerveau.

  • L'augmentation du niveau de stress : L'inflammation de l'intestin peut activer les systèmes de réponse au stress de l'organisme, entraînant une augmentation des niveaux d'hormones de stress. Un stress prolongé peut avoir un impact négatif sur la santé mentale.

  • L'insomnie et la mauvaise qualité du sommeil : L'inflammation intestinale peut perturber le cycle veille-sommeil et contribuer à la difficulté de s'endormir ou de maintenir un sommeil réparateur.

  • La schizophrénie et les troubles bipolaires : Certaines études suggèrent un lien potentiel entre l'inflammation intestinale et certains troubles psychiatriques.


En bref, une alimentation équilibrée et nutritive est essentielle pour maintenir une bonne santé, prévenir les maladies et favoriser un fonctionnement physique et mental optimal tout au long de la vie. Il est nécessaire de choisir des aliments variés dans différents groupes alimentaires afin de garantir un apport complet et équilibré en nutriments pour aider à atténuer certains des symptômes mentionnés ci-dessus. Voici les changements fondamentaux que nous pouvons apporter à notre alimentation pour favoriser la santé de notre cerveau :


A) Hydratation adéquate

Une bonne hydratation est essentielle pour un fonctionnement optimal du cerveau. L'eau participe à divers processus physiologiques, notamment au transport des nutriments et de l'oxygène vers le cerveau.


B) Limiter les sucres ajoutés et les aliments transformés

Les régimes riches en sucres ajoutés et en aliments transformés ont été associés à l'inflammation et peuvent avoir un impact négatif sur les fonctions cognitives. Privilégiez les aliments complets et riches en nutriments.

Les aliments transformés ont subi diverses modifications par rapport à leur état d'origine par le biais du séchage, de la mise en conserve, de la congélation ou de l'ajout de conservateurs, d'arômes ou d'autres additifs.

Le niveau de transformation peut varier et tous les aliments transformés ne sont pas mauvais pour la santé. Le terme "transformé" couvre un large spectre, allant des aliments peu transformés aux aliments hautement transformés:

  • Les aliments peu transformés ont subi une transformation minimale et conservent souvent une grande partie de leur forme d'origine. Il s'agit par exemple de légumes lavés et prédécoupés, de salades en sachet et de noix grillées.

  • Les aliments modérément transformés ont subi une transformation plus importante, mais contiennent encore des ingrédients complets.

  • Les aliments ultra-transformés ont subi une transformation importante et contiennent souvent des ingrédients ajoutés tels que des conservateurs, des édulcorants, des arômes et des émulsifiants. Il s'agit par exemple des snacks préemballés, des céréales sucrées, des repas surgelés et des sodas. Ils peuvent contribuer à la surconsommation de nutriments malsains tels que les sucres ajoutés, les graisses malsaines et le sodium, tout en manquant de nutriments essentiels. Ils peuvent contribuer à la prise de poids et à l'obésité en raison de leur teneur généralement élevée en calories et faible en nutriments. Une alimentation riche en aliments hautement transformés a été associée à un risque accru de maladies chroniques telles que les maladies cardiaques, le diabète de type 2 et certains cancers.


Bien que tous les aliments transformés ne soient pas intrinsèquement mauvais pour la santé, il est important de faire des choix réfléchis et de donner la priorité aux aliments complets et riches en nutriments, qui constituent la base d'une alimentation saine.

Les "sucres ajoutés" sont des sucres et des sirops qui sont ajoutés aux aliments et aux boissons au cours de leur transformation ou de leur préparation. Ils diffèrent des sucres naturellement présents dans les aliments entiers comme les fruits et le lait. Parmi les exemples courants de sucres ajoutés figurent le saccharose (sucre de table), le sirop de maïs à haute teneur en fructose et divers autres sirops et édulcorants. Les effets des "sucres ajoutés" sur le cerveau sont complexes et peuvent avoir des conséquences à court et à long terme.

La consommation d'aliments riches en "sucres ajoutés" peut entraîner des pics et des chutes rapides de la glycémie. Cela peut entraîner des sentiments d'irritabilité, de fatigue et des difficultés de concentration. Les régimes riches en sucres ajoutés ont été associés à une inflammation chronique dans l'ensemble de l'organisme, y compris le cerveau. L'inflammation chronique est liée à divers problèmes de santé, dont les maladies neurodégénératives.

La consommation excessive de "sucres ajoutés" peut contribuer à la résistance à l'insuline. Dans ce cas, les cellules de l'organisme réagissent moins bien aux effets de l'insuline. La résistance à l'insuline a été associée au déclin cognitif et à un risque accru de maladies neurodégénératives telles que la maladie d'Alzheimer. Certaines recherches suggèrent que le sucre peut activer le système de récompense du cerveau, entraînant des fringales et un comportement potentiellement addictif. Cela peut contribuer à la surconsommation d'aliments sucrés.


Le Dr Uma Naidoo, psychiatre nutritionniste à Harvard, souligne l'importance d'éviter ou de minimiser la consommation de ces aliments toxiques pour le cerveau afin de préserver l'acuité mentale et une concentration soutenue :

  1. Sucres ajoutés et raffinés (bonbons, gâteaux, ketchup). Ils provoquent une inflammation du corps et du cerveau.

  2. Aliments ultra-transformés

  3. Huiles de graines industrielles et transformées (huile de maïs, huile de soja). Elles provoquent des inflammations en augmentant notre taux d'oméga-6 par rapport aux oméga-3.

  4. Aliments frits contenant des graisses nocives pour la santé, qui provoquent des inflammations.

  5. Edulcorants artificiels. On les trouve souvent dans les produits étiquetés "sans sucre" ou "à faible teneur en sucre". La plupart d'entre eux perturbent notre microbiome intestinal.


C) Privilégier les aliments riches en antioxydants

Les antioxydants aident à protéger le cerveau du stress oxydatif, qui peut contribuer au déclin cognitif. Ils peuvent également favoriser la croissance de nouveaux neurones et améliorer la fonction cérébrale dans son ensemble. Les myrtilles, les fraises, les épinards, le chou frisé et les fruits et légumes colorés sont des exemples de sources d'antioxydants.


Les polyphénols, un groupe diversifié de composés naturels présents dans les plantes, jouent un rôle essentiel dans la santé du cerveau, et leur importance est attribuée à divers mécanismes qui contribuent au bien-être cognitif :

  • Ce sont de puissants antioxydants qui aident à neutraliser les radicaux libres dans le cerveau. Les radicaux libres sont des molécules réactives qui, lorsqu'elles sont présentes en excès, peuvent provoquer un stress oxydatif et endommager les cellules cérébrales. En piégeant ces radicaux libres, les polyphénols contribuent à la protection des cellules cérébrales contre les dommages oxydatifs.

  • L'inflammation chronique du cerveau est associée à divers troubles neurologiques, dont les maladies d'Alzheimer et de Parkinson. Les polyphénols ont des propriétés anti-inflammatoires qui peuvent contribuer à réduire la neuroinflammation, offrant ainsi des effets protecteurs potentiels contre les conditions neurodégénératives.

  • Certains polyphénols, comme ceux que l'on trouve dans les baies et le thé vert, ont été associés à une amélioration des fonctions cognitives, notamment de la mémoire et des capacités d'apprentissage.

  • Les polyphénols, en particulier ceux que l'on trouve dans le cacao et certains fruits, peuvent influencer positivement le flux sanguin cérébral. L'amélioration du flux sanguin vers le cerveau est cruciale pour l'apport d'oxygène et de nutriments, ce qui favorise le fonctionnement global du cerveau.

  • Certains polyphénols peuvent avoir des effets antidépresseurs en modulant les neurotransmetteurs impliqués dans la régulation de l'humeur.

Une alimentation variée et équilibrée est essentielle pour garantir un apport suffisant en différents polyphénols. La teneur spécifique en polyphénols peut varier d'un aliment à l'autre, et d'autres polyphénols peuvent avoir des propriétés bénéfiques distinctes pour la santé. Parmi les sources connues, citons les baies (myrtilles, fraises, framboises), les agrumes (oranges, citrons), le raisin, les légumes verts (épinards, chou frisé), les oignons, les brocolis, les artichauts, les amandes, les clous de girofle, la cannelle et le curcuma.


D) Augmenter les acides gras oméga-3

Les acides gras oméga-3 sont un groupe de graisses polyinsaturées essentielles au maintien d'une bonne santé, et ils jouent un rôle significatif dans la structure et le fonctionnement du cerveau. Les deux principaux acides gras oméga-3 particulièrement importants pour la santé du cerveau sont l'acide eicosapentaénoïque (EPA) et l'acide docosahexaénoïque (DHA). Ils jouent un rôle dans la fonction des neurotransmetteurs, réduisent l'inflammation et soutiennent la fonction cognitive globale.

Les bonnes sources alimentaires d'acides gras oméga-3 comprennent les poissons gras (comme le saumon, le maquereau et les sardines), les noix et certains suppléments à base d'algues.


E) Augmenter l'apport en fibres

L'augmentation de la consommation de fibres peut être bénéfique pour le cerveau et la santé cognitive en général. Voici comment une alimentation riche en fibres peut avoir un impact positif sur le cerveau:

  • Les fibres favorisent la croissance des bactéries intestinales bénéfiques, ce qui permet d'équilibrer le microbiome intestinal. Ce lien, connu sous le nom d'axe intestin-cerveau, suggère que la santé intestinale peut influencer la fonction cérébrale et le bien-être mental.

  • Les fibres solubles contenues dans les haricots et les fruits peuvent contribuer à réduire le taux de mauvais cholestérol (LDL). Le maintien d'un taux de cholestérol sain est vital pour la santé cardiovasculaire qui, à son tour, favorise la circulation sanguine vers le cerveau.

  • Les fibres alimentaires contribuent à la santé des vaisseaux sanguins et favorisent une bonne circulation du sang. Ceci est essentiel pour apporter de l'oxygène et des nutriments au cerveau, favorisant ainsi un fonctionnement optimal de ce dernier.

  • Les fibres aident à réguler la libération d'hormones intestinales, telles que la ghréline et la leptine, qui jouent un rôle dans l'appétit et la satiété. Cela peut contribuer à de meilleures habitudes alimentaires et à un bien-être général.


F) Augmenter la consommation d'aliments riches en probiotiques

Les probiotiques, qui sont des bactéries bénéfiques, jouent un rôle dans le maintien d'un équilibre sain du microbiote intestinal, et certaines données suggèrent qu'ils ont des effets positifs sur le cerveau :

  • Le microbiote intestinal peut produire des neurotransmetteurs tels que la sérotonine, la dopamine et l'acide gamma-aminobutyrique (GABA). Ces neurotransmetteurs jouent un rôle crucial dans la régulation de l'humeur, des émotions et des fonctions cognitives. Les probiotiques peuvent contribuer à la production de ces neurotransmetteurs, ce qui peut avoir une influence sur le bien-être mental.

  • Les déséquilibres du microbiote intestinal ont été liés à l'inflammation associée à diverses affections neurologiques. Les probiotiques peuvent contribuer à réguler l'inflammation dans l'intestin, réduisant ainsi potentiellement le risque de troubles cérébraux liés à l'inflammation.

  • Les probiotiques peuvent moduler le système immunitaire ; il est prouvé que l'activité du système immunitaire peut avoir un impact sur les fonctions cérébrales. En favorisant une réponse immunitaire équilibrée, les probiotiques peuvent indirectement influencer la santé du cerveau.

  • Les probiotiques contribuent à la production d'acides gras à chaîne courte (AGCC) par la fermentation des fibres alimentaires. Les AGCC présentent divers avantages pour la santé, notamment des effets positifs potentiels sur les fonctions cérébrales.


Pour augmenter les niveaux de probiotiques dans votre intestin, vous pouvez incorporer certains aliments dans votre régime alimentaire et adopter un mode de vie qui favorise un microbiote intestinal sain. Voici quelques moyens d'augmenter le nombre de probiotiques :

  1. Inclure des aliments prébiotiques : Les prébiotiques sont des substances qui favorisent la croissance des bactéries bénéfiques dans l'intestin. Ils servent de nourriture aux probiotiques. Les aliments riches en prébiotiques sont l'ail, les oignons, les asperges, les poireaux et les bananes.

  2. Consommer des suppléments probiotiques : Les compléments probiotiques sont disponibles sous différentes formes, notamment sous forme de gélules, de comprimés et de poudres. Ils peuvent constituer un moyen pratique d'augmenter votre apport en probiotiques. Toutefois, il est essentiel de choisir une marque réputée et il est conseillé de consulter un professionnel de la santé avant de prendre des compléments, en particulier si vous avez des problèmes de santé.

  3. Limitez l'utilisation d'antibiotiques : Les antibiotiques peuvent perturber l'équilibre des bactéries dans l'intestin, qu'elles soient nocives ou bénéfiques. Si des antibiotiques vous sont prescrits, suivez les instructions de votre médecin et envisagez une supplémentation en probiotiques pendant et après le traitement, si votre médecin vous le conseille.

  4. Évitez l'utilisation excessive de produits antibactériens : L'utilisation excessive de savons antibactériens peut également affecter l'équilibre des bactéries dans votre intestin. Utilisez ces produits judicieusement pour maintenir un équilibre microbien sain.

  5. Gérer le stress : Le stress chronique peut avoir un impact sur l'axe intestin-cerveau et modifier la composition du microbiote intestinal. Pratiquez des activités de réduction du stress telles que la méditation, le yoga ou des exercices de respiration profonde.


Il est essentiel de noter que les réactions individuelles aux probiotiques peuvent varier et que ce qui fonctionne pour une personne peut ne pas fonctionner pour une autre. Si vous avez des problèmes de santé spécifiques, il est conseillé de consulter un professionnel de la santé.


Par Yves-Edouard Baron


 

 

 

Dans ces pages, vous trouverez un mélange de sagesse ancienne et de science moderne qui réveillera votre détermination à prendre votre santé en main, donnant à votre vie un sens et un but profonds.





"La Vérité sur votre Santé"



 

 

 

Voici une offre intéressante pour la nouvelle année.

Chaque fois que vous utilisez le code "65", vous bénéficiez d'une rabais de 10 % sur

Protéines d'origine végétale, vitamines, suppléments et plus encore.






 

 

 





Comments


bottom of page